Retour

DWALIN - [Neraël]

Après avoir réussi à fuir les montagnes de Khuzdul avant l'invasion des barbares qui avaient déjà conquis Ibrin, le père de Dwalin et son fidèle compère Gurif réussirent à sauver une partie du peuple des montagnes. Ces deux nains ne connaissaient que les forges, les mines et les tavernes. Mais depuis ce jour-là, ils se retrouvèrent meneurs de la tribu rescapée.


Dwalin,Fils de Kazgar et Thramine vit le jour, en l'an 1025, dans le petit village de Kennos, cette bourgade comportait toute les races connues sur Vesperae bien que celle-ci ne faisait pas partie de ses terres. Les quelques tiny's s’attelaient à l'élaboration de machines de chantier tandis que les naggas construisaient et rénovaient les bâtiments. Les grenouilles cultivaient les champs et les elfes quant à eux, occupaient des commerces de nourritures et de vêtements. Le village de Kennos était paisible et harmonieux, il ne fallut pas longtemps aux nains pour se faire une place et se rendre utile à la communauté.


10 ans plus tard ...


Dwalin s'est parfaitement intégré dans cette communauté. Il a des amis, il étudie et son père occupe une place à la mairie en tant que porte-parole des nains avec son ami Gurif. Cependant, l'enfant n'était pas comblé. Au moment où il a appris à lire et à écrire, Dwalin s'est nourrit des aventures des chevaliers combattant les forces du mal. Les récits sur les templiers faisaient partie de ses histoires préférées. Il prit l'habitude de sortir de kennos et d'aller dans le bois pour jouer à l’aventurier. Il prenait plaisir à empoigner un bout de bois, à le faire pivoter et à le manipuler tel un véritable combattant. Les histoires, qu'il imaginait, étaient toutes plus épiques les unes que les autres. Son père remarqua ce besoin d'aventure. En effet, il le regardait souvent depuis la fenêtre de la mairie partir dans le bois d'un air enchanté. Mais il ne pouvait se résoudre à le laisser partir. Jadis, Kazgar rêvait lui aussi d'être un grand guerrier. Mais après ce qu'il s'est passé à Ibrin, son envie d'aventure a été remplacée par un besoin de paix...


Un soir lors du repas, Kazgar engagea la conversation avec son fils :


Kazgar - Dis-moi Dwalin, ton professeur a souligné ce matin que tu étais de plus en plus rêveur ces temps-ci, quelque chose te tracasse mon fils ?


Dwalin - Bah non, l'école n'est pas passionnante ce que j'entends là-bas, je le sais déjà...


Kazgar - Tu sais pourtant qu'il ne faut pas se reposer sur ses acquis Dwalin, même si tu sais déjà ce que ton professeur dit, écoute-le ! J'ai remarqué que tu rentrais de plus en plus tard du bois...


Dwalin - Papa...


Kazgar - Ecoute mon fils, je sais ce que tu fais là-bas. Je sais pourquoi tu me demandes de te prendre les récits des templiers à la bibliothèque. Mais regarde autour de toi, vois-tu les autres enfants faire comme toi ? Ils rentrent chez eux, aident leurs parents et vivent en paix… Pourquoi veux-tu autant d'action ? Qu'est-ce que cela va t'apporter mon fils ?


Dwalin - J'suis né ici papa. Mais je ne serais jamais comme eux. Je veux être fort pouvoir me battre !


Kazgar - Mais pourquoi ?


Dwalin -Pour être comme toi papa ! Tu as réussi à sauver les derniers de notre race… Parrain Gurif et toi, vous êtes des héros ! Je ne veux pas avoir un métier de forgeron. Je veux partir à l'aventure. Je veux tuer des dragons, massacrer des gobelins et pouvoir rejoindre un clan. Pourquoi pas celui des templiers… J'en rêve depuis toujours.


Kazgar - Dwalin ! Je tolère que tu ailles prendre du temps dans la forêt, que tu lises tes romans. Mais je te préviens, ne t'avise pas de partir de Kennos ! Tu resteras ici. Tu trouveras un métier qui te convient. Tiens, tu pourrais être chasseur ! C'est ce qui se rapproche le plus d'un aventurier. Mon ami, Eluandil, pourrait te prendre quelques jours pour te montrer comment faire.


Dwalin - Mais papa pourquoi ? Pourquoi ne veux-tu pas me laisser faire ce que je veux ? Je suis ton fils. Je veux devenir aussi fort que toi.


Kazgar - Ecoute mon fils, nous sommes les derniers survivants. Tous nos semblables sont morts. Il est important que nous restions unis afin de survivre. Je ne tolérerais pas de te perdre, tu es l'avenir de notre race. Tu dois rester ici, tu comprends ?


Dwalin - oui papa, je comprends ...


10 ans plus tard...


Dwalin a quitté le monde de l'enfance, il est devenu l'un des meilleurs chasseurs du village. Très apprécié par ses pairs, Dwalin avait une certaine notoriété aux yeux des villageois. Accompagné de son ami et rival Galendil, fils du chef des elfes Eluandil, les deux compagnons nourrissaient secrètement le désire de quitter Kennos et d’explorer le monde. Un jour tandis qu'ils étaient dans les bois, les deux amis se mirent à en discuter :


Dwalin - Des lapins, des chevreuils, des cerfs… J'en ai marre de chasser toujours la même chose...


Galendil - C'est bien dommage qu'aucun dragon ne s'aventure ici...


Dwalin - Les dragons ne sont pas stupides. Ils ne viennent pas par ici car ils savent que je suis là. Ils n'ont aucune chance !


Galendil - Laisse-moi rire, tu auras à peine bandé ton arc que je lui aurais déjà planté trois flèches en plein cœur... Et s'ils ne viennent pas ici, c'est sans doute à cause du merveilleux arôme que ton peuple dégage.


Les deux compères se mirent à rire, il y avait une réelle complicité entre ces deux jeunes gens.


Dwalin - Franchement, on va rester ici ? On attend quoi pour partir, la mort de nos parents ?


Galendil - Mauvaise idée, je risque d'attendre très longtemps...


Dwalin - Alors allons-y, partons maintenant !


Galendil - Pff ! Oui, on va partir comme ça. Sans provisions, sans avertir personne... A ton avis, que vont faire nos parents quand ils verront que nous ne revenons pas ? Ils vont envoyer les sentinelles, nous ramener au village et... Tu connais la suite.


Dwalin - Alors quoi ? On reste à Kennos, toi tu te maries avec Lëliwe et moi je continue à ramener des lapins ?


Galendil - Bwah… Tais toi…


Dwalin - Allez, on est dans une forêt, tu es le mieux placé pour trouver des endroits où s'approvisionner, boire, dormir. Nous avons nos armes, nous pouvons chasser, pas besoin de provisions.


Galendil - Et on irait où ? Nous n'avons ni carte, ni objectif. Je ne veux pas forcement marcher à l'aveuglette au risque de mourir dans un ravin.


Dwalin - Mais quelle lopette ! 


 


...[En cours d'écriture]...